• MON ENFANT

    Il t'arrive de penser que je ne te comprends pas, ou que je ne t'aime pas. 

    Et pourtant, c'est parce que je t'aime, si je reste parfois insensible à tes prières et sourd à tes exigences. 

    C'est parce que je t'aime et non pour te harceler, lorsque je veux savoir où tu vas, avec qui, et à quelle heure tu entreras. 

    C'est par amour que je te demande de participer aux tâches de la maison, et de fournir de ton propre argent pour les choses que tu désires; je veux que tu deviennes autonome.

    C'est par amour que je te laisse voir mes joies, mes déceptions, mes chagrins et mes larmes.

     Que je te refuse ce que, dis-tu, tous les autres parents permettent. 

    C'est parce que je t'aime si je devine et pardonne tes mensonges sans conséquences. 

    C'est par amour et respect, que je t'accepte tel que tu es, sans songer à ce que je souhaiterais que tu sois. 

    Je veux que tu comprennes combien je t'aime, et beaucoup, beaucoup plus que tu ne l'imagineras jamais


    5 commentaires
  • Reviens mon ami

    Mon ami je t'ai attendu
    Depuis des nuits et des jours
    Mais en vain tu n'es pas venu
    Et le chagrin à remplacer l'amour
    J'ai besoin de ton amitié
    Mais à mon grand regret
    Ne t'ai point trouvé
    J'ai besoin de ta présence
    Pour admirer ta prestance
    Pour aller vers le futur
    J'aime quand tu me couvres de ton armure
    Quand tu es là tout va
    J'ai le sourire, la vie renaît en moi
    J'ouvre la porte de mon coeur
    Pour que tu y pénètres sans peur
    Protèges moi des prédateurs
    Qui en veulent à mon bonheur
    Empêches les sans cesse
    D'en vouloir à t'aimer de tendresse
    Viens me rejoindre dans mon labyrinthe
    Celui de la belle nymphe
    Je t'y guide volontiers sans crainte
    Toi seul à le droit à ce privilège
    D'entrer dans mon âme
    Et ce n'est point un piège
    Tu illumines si bien mon chemin
    Tu es ce qu'on appelle la raison
    Qu'il m'est impossible de dire non
    A tes demandes, à tes envies
    Car mes mains te tendent la sortie
    Si tu y tiens à tout pris
    De partir et de me laisser dans l'oubli
    Viens je te montre le chemin
    Qui peut nous mener loin
    Mais uniquement si tu y tiens
    Uniquement si tu désires
    Vouloir me faire du plaisir
    Ta présence, ton charisme
    Font de toi tout le charme
    Tu sais allumer la flamme
    Celle qui vit au fond de mon esprit
    Qui à chacun de tes départs retentit
    Tu es comme un artiste
    Tu as fait de moi ton chef d'oeuvre
    Qui est parfois en péril
    Qui se trouve fragile
    Lorsque tu n'es pas présent
    Et que moi j'attends à tout moment
    De te voir venir chaque instant
    Entre tes mains je me suis sculptée
    Entre tes bras je me suis réveillée
    Je suis devenue une femme à aimer
    Une femme libérée et à désirer
    Celle qui peut donner de l'amour
    Sans connaître le retour
    Mais aussi une femme fatale
    Qui sort du quotidien, du banal
    Mais qui ne désire qu'une chose
    Pouvoir t'aimer en toute cause
    Toi mon ami fidèle
    Qui parfois est rebelle
    Qui se rebique contre moi
    Lorsque je te dis je n'aime que toi
    Que ce soit par amour ou par amitié
    J'aimerais tant que tu puisses l'accepter
    Même si notre situation se trouve éloignée
    Ainsi est faite la fatalité d'une femme
    Qui n'a su aimer que cet homme
    A vouloir l'aimer sans raison
    Et le perdre par sa passion


    Ce poème est écrit par Sylvie
     

    1 commentaire
  •  

    A toujours trop rêver
    A toujours trop penser
    Aimer, attendre, espérer...

     

     

    A toujours trop vouloir
    A toujours trop savoir
    Déprimer, imaginer, croire...

     

     

    A toujours trop appréhender
    A toujours redouter
    Je suis passée à côté

     

    http://data0.eklablog.com/saudade/mod_article1220169_1.mp3

    1 commentaire
  • b64ba3dea

    votre commentaire